Mon expérience avec le harcèlement scolaire

Bonjour à toutes et à tous.

Aujourd’hui, j’aimerai aborder avec vous le thème du harcèlement scolaire. J’aimerai dénoncer non pas seulement le harcèlement scolaire, mais les conséquences à long terme que celui-ci peut causer. Le harcèlement scolaire va avoir un impact psychologique sur le harcelé bien après la fin de son calvaire.

Je pense que vous savez tous ce qu’est le harcèlement scolaire. On le dénonce de plus en plus. Pour autant, il existe toujours encore. Et il fait toujours beaucoup de victimes. Je pense qu’il faut le combattre, en parler, dénoncer encore et toujours pour faire en sorte que tout cela s’arrête. C’est pour cela que je vais vous partager mon expérience de harcelé. Je vais vous parler de mon expérience à travers mon harcèlement au collège par les élèves. Je vous ferai un second article sur la partie lycée où la, cela venait d’une professeur.

Je vais vous définir le harcèlement scolaire selon moi. Le harcèlement scolaire est quand un ou plusieurs élèves et/ou un ou plusieurs membres du corps de l’éducation s’acharne(nt) sur un/une élève pour des raisons X ou Y. Cet harcèlement se fait sur une longue période et va détruire le harcelé.

Le harcèlement scolaire de la part des élèves peut se traduire entre autre par des mots, des coups, des « blagues », des rumeurs …

Le harcèlement scolaire de la part du corps professoral peut se traduire entre autre par un mépris, une ignorance de l’élève, un sabotage en mettant de mauvaises notes…

Pour ma part, je me suis fait harcelé de la cinquième jusqu’à la troisième. La « cause » première était que je m’étais teins les cheveux en noir ( j’ai toujours aimé teindre mes cheveux et j’ai commencé très jeune aha ) et aussi que j’étais très mince et grande (taille mannequin en bref).

J’aimais mon corps de base, alors je m’amusais avec mes habits. Je n’étais pas vulgaire mais je m’habillais pas forcément comme les autres. Mon harcèlement s’est traduit par des insultes sur Skyblog ( vous vous en souvenez ?), beaucoup de coups, beaucoup d’insultes en vrai. Je me faisais taper par les garçons, et je me faisais insulter par les filles. Les insultes étaient sur mon physique. Que j’étais très moche, pas attirante, une pute … J’avais des rumeurs sur moi qui circulait aussi. Beaucoup de messes basses.

J’avais tout de même des amies. Pour autant, personne ne me défendait. J’étais beaucoup là pour elles mais pas l’inverse. Elles ne participaient pas au lynchage, mais rigolaient ou ne faisaient rien. Ce qui n’est pas mieux. Je me sentais très seule. Et je comprenais pas ce que j’avais fais pour mériter cela. Et pourquoi personne n’était la pour moi.

J’en ai parlé moi à l’époque à ma famille. Leur réponse était la suivante  » elles sont jalouses  » ,  » ils te tapent juste parce que ils t’aiment bien  »  » qui aiment bien châtient bien  »  » ça a toujours existé, c’est pas grand chose arrête« . Voila. Je n’ai donc absolument pas été accompagné par ma famille. C’était il y a 10 ans. Mais il y a 10 ans, on ne parlait pas du tout de harcèlement scolaire encore.

Face au harcèlement, je rigolais. Je voulais montrer que j’étais plus forte que cela. J’avais un masque de façade. Je rigolais, je disais que je m’en fichais, je faisais mine d’ignorer. Mais j’étais en réalité désemparée et très triste. Je m’étais renfermée sur moi. Je n’avais plus aucune confiance en moi. Je pensais que j’étais une merde. Que ma vie était fichue.

Au collège, j’étais donc morte à l’intérieur. C’est comme ça que je le ressentais. En troisième, ça n’allait vraiment plus. C’est allé trop loin.

Pour « rire« , un de mes harceleurs m’a couché à terre pour me déshabiller et me toucher les seins. Tout le monde regardait. Les surveillants, mes copines, les harceleurs… Et tout le monde rigolait. Je me suis sentie salie. Cela m’a fait un déclic. Je n’allais pas accepter.

En sport, j’ai pété un plomb contre un de mes harceleurs. J’avais une massue dans la main j’ai explosé de colère je lui ai balancé dessus. Heureusement que je ne sais pas visé, il aurait pu finir à l’hôpital. J’ai hurlé, pleuré. Et je n’ai pas été puni par le professeur. Je pense que tout le monde a compris à ce moment là. Que c’était allé trop loin. Et plus personne ne m’a embêté après.

Cette expérience m’a traumatisé. J’ai eu la chance de ne pas avoir été au collège maintenant. Je pense qu’avec les réseaux sociaux c’est encore pire. Moi j’avais mon jardin secret le soir. J’étais libéré. Je ne pense pas que ce soit le cas maintenant.

En toute honnêteté, ce qui m’a sauvé à l’époque c’est Justin Bieber. Cela peut paraître difficile à comprendre. Mais, à l’époque, les fans étaient sur Twitter. Twitter ne ressemblait pas du tout à ce qu’il est actuellement. C’était un lieu où des jeunes pouvaient se retrouver et parler de tout et rien et tout le monde s’entraidait et liait des liens forts. J’ai lié des liens très fort avec des fans sur Twitter, que j’ai rencontré. J’avais une vie parallèle grâce à Twitter et Justin Bieber qui me sauvait.

Comment surpasser cela?

En minimisant l’impact des gens qui nous ont harcelé. En estimant que leur mots, leurs coups ne valent rien. En les ignorant, en les enlevant de notre esprit. Pourquoi se torturer alors qu’ils ne pensent plus à nous? Il faut savoir se détacher de cela. Ne plus apporter d’importance. Se dire que ce ne sont pas ces gens là qui vont nous détruire, qu’ils ne valent rien à nos yeux. C’est un long travail, mais il faut le faire. Mes harceleurs, je ne leur en veux plus. Ils ne comptent plus à mes yeux. J’ai surpassé cela. Je me suis dis que leurs agissements étaient stupides, mais qu’ils ne m’atteignent plus.

Le harcèlement va avoir un impact après encore. Moi, j’ai eu peur des gens. J’ai eu peur de l’image que je donnais. J’ai eu peur de ne pas être aimé. J’ai eu beaucoup de mal à faire l’effort de m’intégrer car j’ai eu peur que cela finisse en harcèlement. J’ai eu peur de revivre cela. Je disais souvent que je n’aime pas les gens. En réalité, je pense que j’ai une très grande méfiance.

Quand j’étais harcelé, j’aurai du beaucoup plus en parler. Ne pas me refermer dés que l’on ne m’a pas pris au sérieux. J’aurai du crier ma colère dès le premier jour. J’aurai du en parler à tout le monde. Mais j’avais peur de ne pas être prise au sérieux.

Le harcèlement scolaire doit être pris encore plus au sérieux. Parents, vous devez prendre au sérieux votre enfant. Professeur, vous devez faire attention s’il vous plait. Surveillants, CPE, ne regardez pas , agissez.

Le pire, c’est que au collège, je ne pense pas que les harceleurs sont conscients de ce qu’ils font. Ils rigolent eux et ne voient pas le mal. Mais faîtes attention. Ne riez pas d’un.e élève. Ne participez pas à un acharnement. Si vous voyez un.e élève seul.e contre tous, venez lui en aide. Aidez les gens seuls. Ne riez pas d’eux. N’écoutez pas les rumeurs. Soyez dans la bienveillance envers autrui.

Il faut éduquer les enfants à être dans la bienveillance et dans l’aide. Nous avons beaucoup de travail à faire. Mais il est important de dénoncer pour faire avancer la cause.

J’ai eu la chance d’avoir ma deuxième vie mais tout le monde ne l’a pas. Et les suicides pour cause de harcèlement scolaire sont beaucoup trop nombreux.

J’espère que cet article vous aura plus.

Avez vous été victime de harcèlement scolaire? Comment vous allez maintenant?

A très vite

Pauline

Un commentaire sur “Mon expérience avec le harcèlement scolaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s